Editorial
ETAT D'URGENCE

Un raz-de-marée, géant, a été un terrible révélateur des injustices du monde. Ce sont toujours les mêmes, les pauvres, qui trinquent le plus. Nous ne sommes pas à égalité devant les épidémies, les catastrophes naturelles, etc.
A l'heure du satellite, d'internet, comment accepter que l'on n'ait pu, en 4 heures de temps, prendre les précautions nécessaires pour sauver des milliers d'hommes ?
Nous sommes de plus en plus nombreux à prendre conscience de l'étroitesse, de l'imbrication, de la complémentarité de notre planète. Nous ne pouvons plus ignorer ce qui se passe à quelques heures d'avion de nous, sous peine d'aggraver les fractures, déjà béantes, de l'humanité. Chaque jour, 20 000 enfants meurent de faim. Ne nous résignons pas à l'inégalité d'un monde qui laisse sur le bas côté de la route les trois quarts de l'humanité. Reconstruisons l'universel !

Depuis treize ans, le Festival latino-américain CulturAmérica, au carrefour des Béarnais et des autres, œuvre à une meilleure compréhension de la belle planète bleue, aux échanges Nord-Sud, à la nécessaire internationalisation du monde, à sa créolisation. Notre Nord " développé " ne survivra que s'il intègre les problèmes du Sud : la pauvreté, les injustices et discriminations, la dépossession culturelle, le partage et la préservation de l'eau, des ressources naturelles et de toutes les richesses.

La solidarité avec les peuples du Sud ne doit pas vivre seulement le temps d'une émotion, d'une douleur. Aidez-nous à la construire sur la durée, à la mondialiser. La mondialisation sera humaniste ou ne sera pas.

Jean ORTIZ
Président de CulturAmérica

CulturAmérica irradie. Des conférences, des débats, des projections, des spectacles auront lieu également à Argelès, Bayonne, Garlin, Lucq, Mauléon, Montardon, Mourenx, Nay, Oloron, Orthez, Séméac…

CULTURAMÉRICA 2005, L’ENGAGEMENT SOLIDAIRE

Après l'hommage rendu à l'icône mexicaine Frida Kahlo, dont la puissance de création féconda notre édition 2004, c'est l’Amérique centrale qui sera à l’honneur, cette année, avec la venue de deux grands témoins. Le Président de la République du Costa Rica, de 1978 à 1982, Rodrigo Carazo Odio, grand défenseur des Droits de l’Homme et militant pour la Paix, honorera notre Festival d’une importante.

Ecrivaine, politologue et combattante, Yolanda Colom viendra tout spécialement témoigner pour nous de la lutte sans trêve des femmes métisses et indiennes. Elle évoquera la dure résistance du peuple guatémaltèque à plus de 30 ans d’ethnocide.

Le sud du continent américain sera lui aussi largement représenté avec de nombreux artistes argentins : photographes, cinéastes, musiciens, lissier/e/s aux mains expertes qui cousent et (mé)tissent des fils indiens pour des tapisseries d'art exposées, pour la première fois, à nos regards !

Et comme chaque année, véritable spécificité de notre manifestation, plusieurs milliers de jeunes passionnés trouveront l'opportunité, à travers les multiples actions proposées en milieu scolaire, de rencontrer les artistes du Festival, d'enrichir leur horizon culturel et artistique et de forger leur conscience sociale et solidaire...

Au total, de nombreux spectacles, conférences, débats, expositions et près de 30 films pour un cru 2005, plus diversifié que jamais, résultat de l’implication d’une équipe de militants. Les encouragements des associations, des institutions et des nombreux enseignants impliqués, renforcent notre volonté de varier nos manifestations. La confiance renouvelée du public et le soutien de nos partenaires nous incitent à élargir notre champ d’action et à enrichir les domaines artistiques et culturels que nous proposons.